Distribution à la Salle Curie à Fontaine (38) - Ici tout le monde coopère, en amenant les fruits et légumes collectés, en les triant et en se servant moyennant une participation libre sur la base de : 0,50€/kg (tarif conseillé). Le reste est ensuite valorisé en jus et déshydratés dans la convivialité et l'échange de connaissances ©GEFELEPOTS
Print Friendly, PDF & Email
Share Button

… Et bien plus !

« Transformer des fruits et légumes bio qui allaient être perdus en denrées alimentaires pour les plus démunis ! » Telle est la généreuse recette de GEFELEPOTS (Groupe d’Entraide Fruits Et LÉgumes POur TouS) ! Une préparation à base d’altruisme et de partage, pimentée d’un zest de révolte, nappée de pragmatisme et émulsionnée à l’énergie. Avec détermination, l’association, fondée en 2016 par Pierre Balland[1], s’attaque au double scandale du gaspillage de produits alimentaire de qualité et de la malbouffe qui touche les populations les plus défavorisées. En imaginant un nouveau modèle de distribution de denrées saines, l’association rompt à la fois avec les lois du marché et avec la culture de charité associée à l’aide alimentaire. Son système économique est basé sur l’action participative et sur la contribution à prix-libre des consommateurs. GEFELEPOTS décline l’empowerment sur le terrain de l’alimentation saine pour tous. Explications par Jonathan Odonetto (membre de la Collégiale) et qui a rejoint l’association peu après sa constitution : 

Jonatahn Odonetto en cours de distribution dans la rue Henri Wallon à Fontaine, devant la matériautèque les Ragraineurs

«J’ai été séduit par le concept de GEFELEPOTS qui promeut une alimentation saine et bio. J’ai adhéré à sa volonté de transformer nos habitudes alimentaires en intervenant dans la gestion et le partage des invendus de fruits et légumes bio, dans l’intérêt de tous.

Formé aux sciences économiques et sociales et partisan du Commun[2], j’ai été particulièrement sensible à ce projet qui joue sur les deux tableaux, le marché et la société.

Nous nous sommes retrouvés autour d’une ressource mise en commun, à devoir nous auto organiser.  Côté pratique, avec l’association j’ai beaucoup appris sur la préparation de jus de fruits et légumes et sur les procédés de revalorisation ».

GEFELEPOTS a mis en place des filières innovantes et un éco-système original.
A son actif

– un dispositif de collecte quotidienne des invendus de 9 magasins partenaires de l’agglomération grenobloise.
– une organisation de volontaires qui assurent la transformation de ces fruits et légumes en jus, soupes, salades, fruits secs dans le cadre de ses ateliers de revalorisation.

– Un circuit de distribution sur le secteur 6 sud-est de Grenoble, sur la place des Géants, au Patio de l’arlequin à Ville-Neuve, puis à l’union de quartier du Village Olympique les mardis. Depuis Juillet 2019, l’association s’implante au Village Olympique. 

– Un mode de règlement qui permet aux personnes en situation de précarité d’avoir accès à des aliments sains. Ainsi, les dons faits à l’association sont basés sur le principe d’une participation à prix libre (conseillée à 0,50€/kg).

En centralisant les récupérations et en planifiant le travail des bénévoles et des bénéficiaires, GEFELEPOTS a inventé un modèle d’organisation inclusif et participatif, contre le gaspillage alimentaire. Résultat, chaque année plus de 20 tonnes de fruits et légumes bio, déclassés, échappent à la destruction et se retrouvent dans les assiettes de plusieurs centaines de familles bénéficiaires. Un grand nombre d’entre elles, convaincues de la nécessité de mieux manger et de réduire ce poste de dépenses prioritaire, participent avec les bénévoles à la transformation des denrées dans le cadre des ateliers de revalorisation. 

Forte de ces initiatives et de sa connaissance du terrain, l’association est devenue un acteur du Commun et une référence dans son domaine. Reconnue pour sa démarche d’intérêt général et sa dynamique participative, l’association a reçu l’agrément au titre de l’habilitation alimentaire. 

L’organisation de l’association favorise l’empowerment collectif

Le fonctionnement de l’association est pleinement bénévole, dans un souci de préserver son indépendance de fonctionnement. Les fonds recueillis servent à couvrir les frais de fonctionnement de l’association et le remboursement des notes frais de carburant des collecteurs sur une base de 0,20€/km. Le reste des fonds disponibles sont affectés aux objectifs de l’association et à son développement. Ils ont notamment permis d’acquérir du matériel de revalorisation tels que des extracteurs pour faire des jus de fruits et légumes, des blenders, déshydrateurs pour faire des glaces, smoothies et cuirs de fruits et autres fruits secs, etc.. 

Pour sa gouvernance, l’association a récemment adopté une forme collégiale. Antérieurement, un comité de pilotage transitoire, ouvert à tous avait été mis en place. Il rassemblait notamment les membres des commissions appelées « pétales » 

Le pétale “Valorisation des produits” travaille sur la valorisation des fruits, des légumes en jus, en aliments lacto-fermentatés, déshydratés et en cuirs. Il élabore des recettes et conçoit les conditionnements… Il a aussi en charge la transformation des produits connexes aux récupérations comme les cagettes, ou les bouteilles…

Le pétale “Recherche et développement est spécialisé dans l’innovation en matière de revalorisation. Ses études portent sur la conception de matériaux isolants à partir de pleurotes (partenariat avec Héléna Amalric de Terre Vivante, désignée spécialisée en biomimétisme), de four multi-usage à partir de boites de conserves (partenariat avec Barnabé Chaillot, l’Énergie Autrement), de vélo-extracteur de jus (partenariat avec multicyclette), de tisseur de fibre végétal, … 

Le pétale “Médecine Complémentaires et Alternatives” dédié aux médecines complémentaires et alternatives. Cette commission propose une découverte de l’iridologie, des sorties à la découverte des plantes, des terroirs et de leurs propriétés avec un naturopathe…

 – Le pétale “Événement” est en charge de la promotion des valeurs humaines et écologiques autour de la récupération, la revalorisation et la redistribution. Il organise des animations, des dégustations, des tests de jus en aveugle…

Pour la gestion de ses membres, GEFELEPOTS est en train de concevoir un nouvel éco-système autour du temps de participation. Les heures consacrées à l’associatif seraient la nouvelle unité d’échange. Elles deviendraient une ressource librement échangeable. Cette valorisation apporterait une réponse au manque de financement et une solution à l’important niveau d’investissement personnel de certains membres qui risquent à leur tour de se trouver précarisés. En s’inspirant des initiatives de type SEL (Système D’échange Local) ou Accorderies[3], l’association souhaite constituer un réseau de volontaires qui s’entraident dans le cadre d’un Système d’Echange et de Gouvernance Global Local et Equitable (SEGGLE) – (voir précision en fin d’article). 

12 cagettes de fruits et légumes bio, la collecte fructueuse de la rue des Nations à Saint-Martin-d’Hères(38) – Les denrées qui ne seront pas distribuées seront valorisées ©GEFELEPOTS
Et demain ? 

GEFELEPOTS voit plus loin et essaime en projetant de créer d’autres antennes sur l’agglomération Grenobloise (Saint-Martin-d’Hères, le Versoud, Fontaine et Grenoble).

Partenaire de multiples acteurs du Commun et de la solidarité, elle participe aux maraudes et soutient les associations telles que “Solidarité SDF Grenoble”, “La fratrie des glaneurs”, “le Fournil”, “Point d’eau”….

Elle recycle des matériaux pour “les Ragraineurs”, fournit du bois de chauffage à l’association “L’Energie Autrement”, apporte ses déchets organiques aux jardins collectifs et partagés qui les compostent.

Dans le cadre du projet Nature Comestible, elle redistribue les plantes sauvages comestibles récoltées par les écoglaneurs et participe à la promotion et au développement du réseau.

En partenariat avec “Brin d’Grelinette”, “MultiCyclette”, “Gentian”, elle intègre des réseaux tels que “le Collectif Autonomie Alimentaire”, “la Maison de la Nature et de l’Environnement de l’Isère” et participe aux rencontres improbables pour l’emploi en Isère.

Enfin, GEFELEPOTS bénéficie du soutien de la “Confédération Syndicale des Familles” et intervient avec “le Collectif VRV” (Vive la Récup’ Villeneuve)…

Attentive aux détresses et aux urgences du moment, l’association multiplie ses rapprochements. Au risque de la dispersion. Aujourd’hui GEFELEPOTS s’interroge sur sa propre stratégie. Doit-elle s’organiser pour répondre à un maximum de besoins et pas seulement alimentaires comme l’environnement, la santé, l’accessibilité, la lutte contre la précarité dans une démarche de partage et de mixité sociale ? ou doit-elle consolider ses fondations en vue d’atteindre un seuil organisationnel qui lui donnerait plus d’assise ?

Aventure enthousiasmante, GEFELEPOTS reste une structure fragile.  Après quatre ans d’existence, l’association a su rebondir après la crise de la Covid mais elle est toujours en restructuration.

Décryptage de la démarche empowermentale de Gefelepots : 

La démarche d’empowerment collectif décrite ici est principalement communautaire et collaborative.  

Empowerment communautaire  

A l’origine des personnes visent un même objectif : « Reprendre le contrôle de la qualité de la nourriture et permettre aux personnes en situation de précarité d’avoir accès à des aliments sains ». Elles se retrouvent pour concevoir une autre forme de consommation et de participation. Réunies autour des mêmes valeurs, elles privilégient un fonctionnement collectif horizontal. Les temps de mixité sociale proposés (animations, événements, ateliers…) soudent les équipes de bénévoles et de bénéficiaires et renforcent leur sens de la communauté. 

Le groupe conçoit ses propres règles, planifie collectivement ses activités. Les succès remportés par GEFELEPOTS en matière de lutte contre les inégalités et de réduction des effets de la pauvreté boostent la confiance des membres en leurs capacités individuelles et collectives d’action et de transformation. Ces avancées les encouragent à aller plus loin dans la reprise du contrôle d’autres biens et services communs. 

Empowerment collaboratif 

L’association essaie de se passer au maximum de financements et privilégier les temps de participation actives (heures de collectes et de distribution avec son véhicule personnel, séances d’épluchage, temps de permanence au local). Le déploiement de son activité, l’expertise acquise par les participants en matière d’alimentation, de transformation des denrées, de recettes de cuisine… enrichissent le capital social de la communauté ; actif plus précieux qu’un capital financier. 

Les bilans positifs de l’association et son habilitation alimentaire galvanisent les membres. Ils constatent qu’ils peuvent changer le cours des choses et en retirent une satisfaction personnelle et collective, un sentiment d’estime et de puissance. Cette force les amène à imaginer d’autres développements possibles, à répondre aux appels d’offres et à nouer de nombreux partenariats.

L’empowerment sociétal est moins affirmé 

En 4 ans et demi d’existence, l’association a démontré sa capacité à valoriser le commun que sont les invendus et à réduire les inégalités sociales et alimentaires. Cependant, accaparée par les impératifs de son organisation, l’association a peu de temps à consacrer à la théorisation de l’économie transformative dont elle est pourtant une vivante illustration. Son empowerment sociétal se vit à travers la participation aux rencontres, à des réflexions autour de la nature, la santé, l’environnement, lors des rencontres nationales et internationales.

Malgré sa dimension modeste et son besoin de grandir, GEFELEPOTS incarne une vision large et audacieuse du « faire société autour de la notion de Commun ». 

Marie-Georges Fayn 


[1] Accompagné de 6 co-fondateurs Jean-Yves Correard, Patrick Marlé, Tatiana Audoux, Arona Kanté, Sonia Huguet et Wagner Sabbado Da Rosa

[2] Le Commun se définit comme le partage entre membres utilisateurs / co-producteurs des ressources communes que sont l’eau, l’air, la terre, la mer, la forêt, l’espace public, le service public et aussi les, biens immatériels et matériels, machines, outils, semences, logiciels, génome, connaissances, recherches…). Ce partage s’effectue dans le cadre d’un système d’auto-gestion et d’auto-préservation doté d’une gouvernance horizontale décidée par la communauté. Références Elinor Ostrom, Prix Nobel d’économie en 2009 pour ses travaux sur les communs
Ostrom, E. (1990). Governing the commons: The evolution of institutions for collective action. Cambridge university press.

[3] L’Accorderie est un regroupement d’habitants d’un même quartier en vue d’échanges non marchands de services, sur la base des savoir-faire des membres.

Fiche de présentation : GEFELEPOTS

(Groupe d’Entraide Fruits Et LEgumes POur TouS)
Grande cause défendue : lutter contre la précarité et le gaspillage alimentaire en organisant les activités de  récupération auprès des magasins bio.
Date de création : février 2016 
Adresse : http://www.gefelepots.fr/ Page Facebook : https://www.facebook.com/Gefelepots/
Personne à contacter : Jonathan ODONETTO 
Contact :gefelepots @gmail.com / j.odonetto@gmail.com 
Particularité : L’association propose un modèle organisationnel pour collecter et transformer les fruits et légumes déclassés des magasins BIO. Dans son modèle, les invendus sont considérés comme un Commun, qui appartient à tous et qui doit être valorisé. En dehors des denrées alimentaires transformées, l’association cherche à trouver des débouchés aux produits issus des récupérations: compost pour l’agriculture, cagettes comme combustible, fibres végétales… 
Missions : Démontrer qu’une alimentation de qualité peut être accessible à tous et bien au-delà… qu’une autre forme d’économie est possible, non monétaire et non marchande mais participative et coopérative, fondée sur le temps de participation. 

Les prochains rendez-vous de GEFELEPOTS
– Assemblée Générale Ordinaire Samedi 3 octobre à 16h30 à l’espace 150, 97 galerie de l’Arlequin – 38100 GRENOBLE – plus d’information
– Participation à l’Université de l’Economie Sociale et Solidaire des 6 et 7 novembre 2020 à Grenoble (à confirmer)
– Possibilité de rencontrer l’association en septembre ” mois de la transition alimentaire” relativement au Projet Alimentaire inter-Territorial

Pour en savoir plus

Les concepts de GEFELEPOTS et du Système d’Echange et de Gouvernance Global Local et Equitable (SEGGLE) sont explicités dans une documentation du wiki francophone
GEFELEPOTS (Mars 2019)  
– Le SEGGLE (Juillet 2019) – lire aussi https://drive.google.com/file/d/1pcjlmXEkfplhUqW-_xPhYMbzm3HwSMlE/view
-Panorama des pistes ouvertes par les pratiques en commun https://commonscamp.cc/Marseille2020
– Assemblées des communs de Grenoble https://assemblee.lescommuns.org/ 

En postant un commentaire sur www.selfpower-community, vous acceptez les règles de l’espace réaction et reconnaissez à www.selfpower-community la capacité de ne pas publier certaines contributions sans avoir à motiver cette décision.

prendre connaissance des règles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *